samedi 27 avril 2013

Comment envoyer sur les roses (ou autres fleurs) un mec qu'on rencontre et qui ne nous plait pas.

Publié par V pour Vend des Tas. à 18:29
Il m'a été donné il y a peu de temps d'avoir affaire à un garçon qui ne me plaisait pas. Cela m'a rappelée toutes les situations où j'avais rencontré quelqu'un qui ne me plaisait finalement pas tant que ça voir pas du tout au final.

Étrange situation que toute personne a dû rencontrer au moins une fois. Par le biais d'un site (comme moi) ou par le biais d'amis qui vous ont dit : "Faut absolument que tu le rencontres, vous êtes trop the same, trop le même humour, les mêmes idées! En plus il a un grand coeur, c'est un brave mec". Vous et moi savons que ce genre de termes : grand coeur/ brave mec n'annoncent jamais rien de bon sur le physique de la personne. En gros ça veut dire qu'elle est moche, enfin en général. Sinon on insisterait pas sur ses points en premier ou en tout et pour tout. Surtout dans notre société de consommation et du paraître.

Étant dans la première situation, celles des rencontres via un site de rencontre (logique me direz-vous). On a quand même le droit à des photos, un aperçu du profil et de ce que la personne blablate à son propos pour se définir. Mais apprenez, chers élèves, que les gens ont toujours tendances à s'enjoliver, à ne mettre qu'UNE photo en noir et blanc et cachant souvent la réalité des faits.


Le mec qui m'a fait écrire cet article a poireauté trois mois avant notre rencontre. Du fait que j'ai eu quelqu'un dans ma vie de plus persistant que les autres et que ce garçon fut mis sur la touche.
Un mec qui poireaute trois mois pour une rencontre aurait du me mettre la puce à l'oreille. Aucun mec conscient n'attendrait autant de temps pour voir une nana, à moins qu'il n'est vraiment rien sous la main.


Mais, bonne samaritaine que je suis, j'ai donné rendez-vous à ce garçon. Chez moi à 22h. En même temps à cette heure là, hors de question que je sorte et rentre après toute seule, c'est mort. Et je m'en suis un peu félicitée sur ce coup là. Vu que je me serais déplacée pour RIEN.

Je n'avais eu que deux photos où je ne voyais pas grand chose, mais il était sympathique. Et avait l'air d'être dans mes critères : 1m80, brun et un style de ténébreux.
Je précise parce que vous allez voir qu'il y avait vraiment un gros problème sur la personne.

Je descend : que vois-je ? Un mec, blond, 1m70, style petit fils à papa avec la raie sur le côté. Il se serait appelé Enguerrand, Barnabé ou Adhémar que je n'aurai pas été surprise. Mais voilà son prénom ne ressemblait pas à cela.


La (mauvaise) surprise était tout de même là. Le mec ne correspond en rien à mes critères. VRAIMENT PAS ! Bon... je passe. On sait pourquoi il était venu chez moi. Et moi je savais que cela n'irait pas plus loin. Que trépasse si je faiblis.
Après tout, il est peut-être sympa, un brave type avec un grand coeur. Je pourrais toujours m'en faire un ami.

On s'assoit sur mon lit, il me demande un verre d'eau (au moins il ne coûte pas cher). Mais rien à faire, je ne ferai rien mais vraiment RIEN avec lui. On parle de ce que l'on fait dans nos vies, histoire de faire un récap', de détendre l'atmosphère. Là non plus, moi qui suis très sociable, j'ai un blocage.

Il me demande enfin si je suis "contente" de sa venue :
-Est-ce que t'es déçue de me voir? C'est pas à ça que tu t'attendais vu ta tête ! 
-Pour tout dire, tu ne corresponds en rien aux photos. Je n'aime pas les menteurs.
- Comment ça ? On voit bien que c'est moi quand même.
- Oui la personne sur la photo a le même prénom que toi mais ça s'arrête là.
- Et c'est "négatif" ou "positif" ?
- J'avais rendez-vous avec la personne de la description, des photos. Pas avec toi. Donc oui, c'est négatif. Je suis navrée ( bon ok c'est pas vrai, mais je peux pas lui dire : CASSE TOI CONNARD T'ES PAS BEAU ! )



- Ha, ok. Et donc ?
- Et donc il ne se passera strictement rien entre nous à part une discussion.
- Très sérieux, Tu veux pas faire un effort ? J'ai fait 20 min de route !
- Je m'esclaffe , Non mais... t'es sérieux ? Tu veux pas me payer aussi? Tu m'as pris pour qui ? C'est pas parce que je veux des rendez-vous d'un soir que je couche les yeux fermés. Y'a des limites, peut-être que pour vous une bite n'a pas d'oeil mais un vagin non plus. Et je suis pas fan des sacs plastiques sur la tête.

- Offusqué, Même si je te dis que je suis super doux, attentionné et que je fais bien l'amour ?
-Énervée,  Non ! Tu veux une pute, tu vas sur un site spécialisé ou à place du peuple Belge. Moi je ne fais pas ÇA! Tu te rends pas compte du comportement horrible et irrespectueux que tu as !

 

- Ça marche... Bon je ne vois aucune raison de rester.

J'ai voulu le raccompagner quand même. Parce que ce n'est pas une raison d'être malpolie juste parce qu'il n'est pas à mon goût. Il a préféré partir seul : "Je connais la sortie !" a-t-il dit d'un air mauvais en claquant la porte derrière lui.

Je me sentais libérée de ce poids, de cette atmosphère pesante et horrible.


Qu'y-a-t-il a retenir de cette histoire ?

Tout d'abord, demandez 340000 photos différentes du mecs. Analysez bien les visages, similitudes des traits. En gros, vous jouez au flic pour éviter de devenir une victime plus tard ou avoir affaire à eux!


Donnez-lui rendez-vous à côté de chez vous, au cas où ça se passe bien, et dans un endroit public à la fois, au cas où ça se passe mal. Vous n'êtes peut-être pas tou(te)s des têtes brulées comme moi. Hum. C'est vrai qu'à force, je me demande si je n'ai pas pour ambition de me retrouver dans la Deûle ou something lik'dat. 

Nous voilà au moment fatidique. Il/Elle est vraiment laid(e)/pas du tout votre style. Que faire ? 
Réponse 1: partir en courant
Réponse 2 : se présenter comme si on rencontrait un(e) futur(e) ami(e).
Réponse 3 : lui dire.

Les réponses 2 et la 3 sont évidemment les meilleures choses à entreprendre. Vous ne devez passer sous aucun prétexte pour un goujat (une goujate ? Bref !). Ne partez donc pas en courant ! Seigneur Dieu, non ! 
Présenter vous poliment comme la personne respectable que vous êtes (ou le gros salopard/grosse salope, ce n'est pas moi qui vais dire qui vous êtes mieux que vous). 
Faites connaissance, certes la personne en face de vous est fortement désagréable à regarder, mais vous avez vu 2girls One cup et les films de Pierre Richard, vos yeux peuvent tout endurer pendant au moins 1h30. 
Au bout de quelques présentations, dites franchement ce que vous avez sur le coeur. " Pour tout te dire, je ne m'attendais pas à une rencontre comme ça. Je te pensais tout à fait différemment. " Brodez, à vous de voir selon la personne. 
Dites-vous que vous n'aimeriez pas qu'on vous dise de but en blanc: CASS'TWA POV'CON T LÉ ! 
Cherchez les mots qui ne vous feraient pas de mal à VOUS ! Ils sont souvent les meilleurs. 


Malheureusement on ne change que très difficilement le physique et celui dont on hérite ne plait pas forcément à tout le monde non plus ( à moins d'être Miranda Kerr ou autre mannequins splendides). Cela ne sert à rien d'attaquer le physique de la personne. Aussi disgracieux qu'il puisse être. Mécréant ! 



Qui paye l'addition ? Faites moit'moit'. N'allez pas laisser le mec qui ne vous plait pas en plus payer votre verre. Ca fait salaud. Sérieusement ! Z'êtes pas une pute bon sang de bois ! S'il paye votre verre, il pourrait croire qu'il a quand même des chances. Et c'est la dernière chose que vous voulez. Comment allez-vous vous dépêtrer de cette histoire si vous ramez dans son sens. Vous allez vous retrouver plus vite que vous ne croyez dans son lit parce que vous n'aurez pas osé poser les bases du NON de suite. Et vous vous direz : " J'souis pô dans la merde ! " lorsque vous vous retrouverez face à un truc du genre: 

Évitez le coup du téléphone : 
(textote)" Wesh grosse, tu peux faire genre tu m'appelles, comme ça je réponds, je dis que c'est grave au mec qui est en face de moi et je me casse de ce rendez-vous de merde ??? SAVE MY LIFE !" 

Un coup vieux comme le monde qui ne fera guère d'effet. (J'ai pensé à Guerre & Paix avec : guère d'effet, pourquoi ? Je ne sais pas, je vous en pose des questions moi?) 

Prenez votre mal en patience, finissez votre verre, dites que vous avez du travail à finir, faites lui la bise, dites "À la prochaine" et partez gentiment ! 
Bien sûr, la personne ne sait pas qu'il n'y aura pas de prochaine fois. Mais ça c'est notre secret.


Ne faites pas vos âmes éplorées. On ne peut pas faire autrement ! C'est la vie, comme dirait Martin Solveig (ou d'autres gens 1000 fois plus intelligents)



Dansons la gigue et bonne semaine de reprise ! 


PS :  Vous connaissez la chanson ?! Si vous avez des questions, des remontrances (geeenre!) ou encore des idées. N'hésitez pas à laisser en commentaire. 

4 commentaires :

Jean-Baptiste Delcambre a dit…

Il semblerait que ma connexion ai planté sur le commentaire que j'ai laissé juste avant.

Je disais donc que j'avais trouvé ton blog sur le "site de rencontre". Et que cet article me parlait parce que cette situation m'est déjà arrivée.

J'aime bien ta façon d'écrire. D'ailleurs j'ai un blog, moins fourni et moins conséquent que le tien, mais est ce que ça compte vraiment ? J'aimerais avoir ton avis, alors si tu le souhaites, hésite pas à me demander. (JB sur Adopte, j'suis passé y a pas longtemps sur ton profil. Même si ce n'est que pour le blog y a pas de souci).

V pour Vend des Tas. a dit…

Tu peux le laisser en commentaire ;) je jetterai un oeil.

Jean-Baptiste Delcambre a dit…

http://are-u-talking-to-me.skyrock.com/

(Oui bon ok, skyblog quoi. J'ai jamais pris la peine de m'intéresser aux autres genre blogspot mais je crois que j'vais le faire là)

J'ai pris la peine de lire tes autres articles, j'aime vraiment ton style.

K a dit…

I love the way you write.
keep on!

Enregistrer un commentaire

Une histoire coquine (ou pas) à faire partager ? :)

 

Histoires du Soir Template by Ipietoon Blogger Template | Gadget Review