lundi 26 novembre 2012

Le cunnilingus, tout un débat.

Publié par V pour Vend des Tas. à 00:01 10 commentaires

Nous, Femmes, aimons le plaisir du coup de langue bien placé, du clitoris émoustillé, des lèvres embrassées, du doigté fougueux.
Après avoir écrit un article sur la fellation assez complet. Je me suis dit que la version féminine du préliminaire avait droit aussi à son article. Le cunnilingus suscite beaucoup de réactions chez les gens. Autant que la fellation.  Il y a encore quelques décennies, le cunnilingus  était juste impensable : « Quoi ? Donner du plaisir à une femme ? C’est quoi cette Science Fiction à 2 anciens francs ?  Ça existera surement en même temps que les voitures volantes ou la machine à voyager dans le temps. ». Heureusement aujourd’hui, on a laissé les  chariottes sur le bas côté, on ne paye plus la dîme et on ne pissoie plus dans des cabanes au fond du jardin.



Pour changer, j’ai voulu tester un nouveau style d’article. J’ai enquêté comme un vrai petit détective du sexe.
J’ai demandé aux filles mais aussi aux mecs leur ressenti par rapport au cunni’. C’est de la merde ? C’est nul ? Ca pue trop la moule ?  Tout ce liquide je me noie ?




Non ce ne sont pas des réponses qui sont revenues enfin … presque !

C’est lors des premiers ébats amoureux, lorsque les mains rencontrent les premières poitrines naissantes et les premiers zizis tout durs, que se font les premiers cunnilingus. En gros on expérimente ça assez tôt. Chez les mecs comme chez les nanas. Une découverte du corps féminin mutuelle.
Normalement avec le temps, l’expérience s’acquiert. Mais pas toujours… Certains rament comme si le bateau du plaisir était sur le point de couler. C’est la noyade.  Gloup Gloup. Titanic le retour ! Et pas à cause de l'effet femme fontaine... Hélas!


J’ai été étonné, vraiment, par les réponses des filles. Je pensais qu’on en était toutes dingues et bien, … non ! En fait j’ai remarqué que les mecs étaient plus fans avec le temps du cunni’ (enfin de ce qu’ils disent… j’ai pas été vérifier, du moins pas pour tous !)
Chez les nanas, c’est souvent parce que le premier mec à l’avoir fait était une vraie merde et ne savait même pas lécher une glace ou alors ne savait pas où se trouver le clitoris. Le genre de mec qui chante ça dans sa tête pendant qu’il fait un cunnilingus :


Femme, si tu n’aimes pas cela à cause d’une déception ce n’est pas juste pour les autres ! Il faut retenter sa chance, laisser une langue habile te convaincre de délaisser tes préjugés !

D’autres se font tout simplement chier. C’est vrai que si on attend que ça passe, qu’on regarde le plafond ou le chat qui se lèche le pelage par terre en vous regardant… c’est pas vraiment stimulant.


Ne vous forcez pas à aimer ça. Ce serait totalement ridicule, n’est-ce pas ? Surtout si comme certaines filles vous trouvez ça dégueu ou que cela vous met mal à l’aise. Le sexe en général n’est pas une contrainte (sauf en cas de viol évidemment) ou une obligation. Il ne faut pas se prendre la tête, il faut se faire plaisir !

Bien sur, il y a des filles qui aiment ça. Je dirais même qui en raffolent. Gourgandines va !  Seulement, (oui, il y a une condition), il faut qu’il soit très bien fait !  C’est sur  que si le mec fait des cunnilingus comme il mange une glace, on ne va pas aller bien loin, surtout pas au septième ciel.


Les filles pensent que plus de 80% des mecs  font des cunnilingus une monnaie d’échange sexuelle. Un cunni’ = une fellation. Sur le principe, on ne peut pas leur en vouloir et ce serait bien normal.
Les mecs ne pensent pas de même.
Pour les mecs en général, ce qui m’a plutôt étonnée, adore faire des cunnilingus. Pourquoi ? Parce que ca leur fait plaisir de voir la fille prendre son pied.  Ça les excite et ils aiment ça aussi.
Certains m’ont dit que c’était juste pour « chauffer le four »  parce qu’il faut bien lustrer l’affaire avant de passer aux choses sérieuses. Et je ne peux pas les démentir. Faire l’amour à sec… ça fait mal ! Ça irrite ! Ça brule. Bref, on est bonne pour mettre de la pommade.

Comment faire un bon cunnilingus ?  Pour ça, honnêtement, je n’ai pas de recette miracle. Il faut écouter sa partenaire (ou ses partenaires pour les chanceux).  Certaines sont plus clitoridiennes et d’autres plus vaginales.  Je pense néanmoins qu’un bon cunni’ ne peux être fait sans les doigts et inversement. Messieurs, je peux déjà vous donner un conseil sûr : le petit chien haletant… c’est nul, c’est chiant, ça ne sert à rien, si avant vous n'avez pas fait le nécessaire pour que ça puisse devenir éventuellement chouette. 

T pour Tiensjaitrouvéçasurlenet est un jeune homme qui a voulu me donner un coup de main en s'inspirant d'un article. Et je suis tellement d'accord que je vais vous le mettre. 
"La partie la plus intime d'une femme : il n'y a rien qui puisse la rendre plus unique. Prenez le temps d'y jeter un regard plus méticuleux, vous appréciez ce vous voyez, n'est-ce pas? Les chattes sont de toutes tailles, couleurs et formes. Certaines sont bien cachées à travers un monceau de fourrure, d'autres ont des lèvres plus proéminentes (pour votre plus grand plaisir). Appréciez les qualité physiques singulières de votre nana et dites lui ce qui la rend si spéciale. Séparez tendrement les lèvres et observez nom d'un Schtroumpf ses lèvres intérieures. Vous pouvez même donner un coup de langue si vous appréciez ce que vous voyez. Maintenez, intéressez vous à la partie supérieure des lèvres jusqu'à ce que le trésor vous apparaisse : son clitoris. Les femmes ont des clitoris de différentes tailles comme nous, les mecs avons différentes tailles de zizi. Cela n'altère en rien sa capacité à avoir un orgasme. A vous de vous débrouiller pour faire ronronner son moteur. Tout vient de l'intérieur. 


Lorsque vous commencez à titiller la chatte d'une femme, n'oubliez en aucun cas d'avoir votre ou vos doigts humidifiés. Vous pouvez les tremper dans votre bouche ou mieux : dans la sienne ou avec sa cyprine.  La partie étudiée est extrêmement sensible. Si elle est mal humidifiée, votre doigt risque de heurter votre chère et tendre. Ne touchez pas encore au clitoris, laissez la fille venir à vous. Avant de devenir véritablement excitée, de ressentir son psyché et de se dévétir de son enveloppe terrestre, il faut laisser son clitoris tranquille. Il est encore trop tôt, son clito' est trop sensible pour daigner pleinement recevoir le frisson qu'il mérite. Approchez vous délicatement de sa chatte, il est temps de jouer un peu. De manière bien plus prononcée que les hommes, les femmes adore être frustrée, enfin jusqu'à une certaine limite. L'intérieur de la cuisse étant un premier bon lieu de jeu vu que c'est un emplacement hautement sensible. Surfez-y avec votre langue, embrassez là, faites des dessins avec le bout de votre langue. Enfin rapprochez vous plus dangereusement de sa chatte. Puis repartez dans l'autre direction. 
Désormais, fourrez votre nez à l'intérieur de sa "toundra". Utilisez votre langue comme un outil de haute précision ou comme un pinceau fait de matériaux rares et dispendieux. Soyez Picasso, soyez Monet, soyez De Vinci. Utilisez votre pinceau pour faire des retouches sur votre tableau. N'appuyez pas, laissez votre pinceau se laisser porter avec légèreté. Ceci aura pour effet de l'exciter amplement. 
Après avoir continué jusqu'au point où la demoiselle ne tient plus sur son siège et veut vous pousser à obtenir plus de vous. Lorsqu'elle demande que votre présence se fasse plus intime : placez vos lèvres sur la partie supérieure de sa fente. Embrassez cette localité, en alternant douceur et fougue. Dès à présent, séparez ses lèvres à l'aide de votre langue. Quand elle semble s'ouvrir à vous, faites des mouvements de va et vient avec votre langue entre les différentes lèvres. Utilisez vos mains pour graduellement écarter ses jambes. Tout ce qui a attrait à l'art majestueux qu'est l'art oratoire doit être accompli avec douceur. 
Pénétrez là avec votre langue. Un vrai ravissement pour la demoiselle. Maintenant, après avoir mis les clefs de contact et avoir démarré avec le starter, elle voudra que son clitoris reçoive plus d'attention. Observez si son clito s'est amplifié. Le fait qu'il puisse croître ouvre la voie à un échauffement de ce dernier. Léchez la partie supérieure de la fente, la petite perle s'est accrue et continuera certainement encore si vous continuer à lécher la peau qui recouvre le clitoris. 
Léchez de manière impétueuse et pressez votre langue sur sa peau. Séparez les lèvres de sa chatte à l'aide de vos doigts et lapez rapidement et frénétiquement son clitoris. Si tout cela se passe bien, les jambes de la demoiselle commenceront un mode vibreur. 
Quand vous sentez que votre compagne s'approche de l'orgasme, placez vos lèvres de telle sorte que cela forme un O et prenez son clitoris en bouche. Aspirez délicatement et observez l'expression faciale de votre dulcinée. Si elle semble impassible, aspirez d'avantage. Suivez son rythme. Si son sexe se soulève dans les airs telle une voiture portée à bout de bras par Superman, vous pourrez bientôt faire le V de la Victoire ou un double super ! 


Cela signifie que la tension est telle que le climax (comme la chanson d'Usher, sisi Rnb fever ici) est proche. Suivez la même voie si elle remue beaucoup, vous êtes son aspirateur Dyson, vous ne devez pas perdre l'aspiration. Gardez votre bouche chaude collée à son clitoris. Ce qui se passe, c'est qu'elle vous chante mélodieusement dans sa tête : ne t'arrête pas. 



Bonus : Pour intensifier le plaisir de votre amante : vous pouvez la doigter pendant que vous pratiquez votre cunni'. C'est un jeu assez marrant mais bon, vous avez beau essayer de lui faire deviner combien il y a de doigts cachés dans son antre ténébreuse, elle vous répondra non pas : un deux ou trois mais par des cris effrénés ponctués par des respirations rugueuses. Utilisez deux doigts de préférence. Un, ce n'est pas assez et trois, trop pour beaucoup de femmes en plus de réduire la profondeur.
Assurez vous qu'ils sont bien humidifiés afin qu'ils n'irritent pas sa peau. Introduisez les doucement dans un premier temps puis un peu plus rapidement. Doigtez là de manière rythmique. Accélérez quand elle le fait. Apprenez à écouter sa respiration pour connaitre sa cadence.
Si vous la doigtez en même temps que vous lui faites un cunni, vous lui procurerez d'avantage de stimulation. Votre bien-aimée commence à quitter son enveloppe corporelle. Observez bien afin d'être un meilleur amant, chaque femme étant unique. Toutefois , si elle commence à rougir, que ses tétons sont aussi durs que ceux de Rachel dans Friends quand elle porte un haut, qu'elle tremble comme si elle était habitée par Jean-Paul II (RIP), vous faites un bon boulot.



Lorsqu'elle commence à avoir un orgasme, ne lachez pas son clitoris. Votre bouche doit l'accompagner toute la durée de l'orgasme. Quand le moment fatidique se manifeste, pressez votre langue le long des parois du clitoris, laissant votre bouche le recouvrir intégralement. Ensuite, faites des va et viens,  avec votre langue sur ses lèvres : allez le plus profondément possible puis retirez votre langue. C'est le moment d'imiter Kaa, le serpent du Livre de la jungle. Si vos doigts sont à l'intérieur de son antre, soyez plus impétueux.

Après l'orgasme, vous devez continuer à stimuler votre nana, faites lui la conversation, épuisez son corps, caressez ses seins ou autres. Continuez à lui faire l'amour de manière appliquée jusqu'à satiété. Une femme veut de la tendresse de la part de son amant après la séance de sport de chambre.
Le cunnilingus peut-être souvent une des expériences sexuelles les plus intenses qui soit. À vous de la rendre fabuleuse, prenez votre temps. Pratiquez souvent. Observez les réactions de votre partenaire afin qu'elle puisse vous guider et surtout éclatez-vous. "


Après cette superbe explication très très très claire. Je vous met mon top réponse à mon sondage, enfin ce qui m'a fait le plus rire.
Chez les mecs  : " Moi c'est juste pour mettre du beurre sur les lèvres gercées".  " Je rebrousse chemin en cas de pilosité abondante. "

Chez les nanas : "J'en ai connu pour qui cela était une vraie catastrophe... de petits chiots inexpérimentés."


mardi 6 novembre 2012

B pour Bondieuquelchevalier de la Manchette

Publié par V pour Vend des Tas. à 22:29 3 commentaires

Lors de mes années lycées, j’ai eu peu de copains pour être honnête. Je n’étais super bien dans mes baskets. Pourtant elles étaient jolies mes baskets. Je vous jure !

L’été est chaud, et je rencontre sur Facebook via des amis communs, un mec. Grand, brun, athlétique que tellement il a de muscles tu ne sais pas où il peut les mettre (à part dans son cul).

On a le contact facile tout les deux. Je le trouve vraiment, vraiment, vraiment, vraiment…. (10 jours plus tard)… vraiment magnifique corporellement parlant. Je pensais qu'il était assez intelligent. HÉLAS ! Mesdemoiselles, messieurs, il est souvent observé qu’un homme ou une coiffeuse/esthéticienne (quoi ?! On va pas se mentir, même vous les femmes concernées, regardez vos collègues !) bien foutu(e)s sont souvent concon como la luna.

Genre dans sa tête il ne se passe que cela :


B pour Bondieuquelchevalier de la Manchette n’échappe pas à la règle. Il fait pourtant de jolies études de scientifiques, il a 24 ans à l’époque.  Nos premières semaines ensemble sont idylliques. Il n’est peut-être pas très malin mais compense par une gentillesse et une tendresse incroyable. Des qualités qui vont s’avérer pesantes… vraiment trèèèès pesantes.

Au bout d’un moment, je me rendais compte que lors de nos promenades, B. ne parlait que de LUI, de son corps qu’il avait réussi à modeler grâce à l’aviron et aux régimes. Qu’avant il était gros et laid. Qu’aucune fille ne le remarquait. Soit. Il me raconte cela la première semaine, je compatis à son passé, son malheur, ses sentiments éprouvés causant douleur et acharnement à son pauvre petit cœur d’adolescent. Mais tout de même, un mois !!! Je finissais par chantonner dans ma tête quand il me parlait, je ne l’écoutais absolument plus. A quoi bon l’écouter, je connaissais son discours par cœur !
A part être extrêmement narcissique, B. était aussi possessif et jaloux. Pas moyen de papoter avec des garçons qui sont mes potes depuis belles lurettes. Non ! Monsieur est derrière : Et c’est qui celui là ? Qu’est ce qui veut ? Pourquoi il te parle si près ?
Un relou de base, vous l’aurez bien compris !

J’exige une seule chose dans une relation avec un mec, c’est qu’il ne fouille pas dans mon téléphone. J’ai horreur de ça. C’est un manque d’éducation total. B. était au courant.  Mais sa jalousie apparemment n’en tenait pas compte.



Nous  passons un après-midi ensemble. Il me parle comme à son habitude de lui-même. J’envoie des sms à une de mes très bonnes amies de l’époque, lui expliquant à quel point je m’emmerde et que je songe à arrêter notre relation. Elle m’approuve, forcément. Je  songeais donc à lui annoncer le lendemain après avoir passé une dernière nuit avec lui. Le lendemain, allant prendre ma douche chez lui, je laisse mon téléphone sur le bord de la table.  Je fais très attention aux détails et à la façon dont je pose mes affaires. Bien droit sur la table mon téléphone reste ainsi jusqu’à ce que je rentre dans la douche. Je vois son ombre passer. Mais je ne me pose aucune question. Je me dis qu’il est simplement venu chercher quelque chose. Ce n’est que lorsque je sors de la douche, que je vois mon téléphone de travers. Je comprends qu’il y a touché.  Revenant  dans la chambre, je le trouve assis sur le lit. Il me regarde et me lance : Alors comme ça tu t’fais chier avec moi ?

Je lui réponds que oui, malheureusement, que je voulais annoncer cela d’une manière plus douce. Car malgré tout, c’est un gentil garçon. C’est juste que nous ne nous correspondions pas. Ce n’est pas grave. Et puis je pique une colère, me souvenant qu’il avait fouillé dans mon téléphone. « Si tu n’avais pas fouillé mon téléphone, ca ne serait pas arrivé. Maintenant c’est fini ! Je ne veux même pas connaître tes explications, je ne veux rien savoir ».

Il a commencé à pleurer comme une fillette. J’ai pris mes affaires, m’habillant dans l’escalier en hâte, j’ai pris mes ballerines, mes clics et mes clacs. Il pleure toujours, me supplie de rester, de ne pas partir. Qu’il va changer, qu’il regrette. Ouais cause toujours Alain Delon. Je m’en carre. Un mec qui fait ça une fois, il le refera. Point barre. Je prend la route et il me crie : Je t’envoie un message plus tard pour savoir si on se voit ce soir pour le feu d’artifice ? ». Je lui ai bien entendu dit : « Ca m’étonnerait, je ne sais pas si tu as compris le mot FINI mais nous deux n’existe plus. »
Il m’a bien sur envoyée un sms pour me demander si je venais le rejoindre le soir. Je n’ai pas répondu. Je n’encourage aucunement ses désillusions.


Il a continué toute la journée à m’envoyer des messages.  Le soir vient, il m’envoie un dernier message.  « En fait je suis trop bien pour toi, t’es qu’une merde ».  Le genre de phrase typique que nous, nanas, envoyons à nos copines venant de se faire larguer «  t’es trop bien pour lui, laisses tomber, c’est qu’un con ».  Comme quoi, c’est vraiment qu’un chevalier de la manchette, un homme sans couilles et sans honneur.

Je l’ai recroisé quelques mois plus tard dans un magasin. Il a tenté d’attirer mon regard du genre : « YOUHOU JE SUIS LÀ ! » ou …



Vous pensez bien… il n’a eu aucun regard de ma part. Queudal’, peau de zob’.  En partant j’ai bien rigolé. S’avilir à ce point est vraiment risible. Une lavette, cela n’a aucun intérêt pour une fille. Si je voulais sortir avec une mauviette qui chiale pour un rien je kidnapperais et violerais une enfant de 7 ans. Au moins elle, elle pleurerait pour une bonne raison.

Bisous sur vos Machu Picchu 
 

Histoires du Soir Template by Ipietoon Blogger Template | Gadget Review